UN PERIPLE A TRAVERS LE PLUS GRAND MARCHE AUX PUCES DE PARIS

flea-main-image

De tous les marchés aux puces de Paris, le plus connu est le Marché aux Puces De Saint-Ouen Clignancourt. A part d´être le berceau historique du jazz gitan, ce marché mythique accueille plus de cinq millions de visiteurs chaque année. Nous avons décidé de faire un tour d´une journée à travers ce marché aux puces parisien, duquel on dit être le plus grand d´Europe.




A vrai dire, le marché est un regroupement de 15 plus petits marchés – formé par des interminables stands et magasins de camelote – répandu sur plus de sept hectares de terrain. Ce qui nous a le plus frappé à notre arrivée c´est la pure diversité : la quantité d´articles que nous avons trouvés et les gens que nous avons rencontré était presque étourdissant. En parlant de budget, les articles allaient de €1 pour une brosse à dents jusqu´à €30,000 pour un fauteuil, ce qui veut dire qu´il y a quelque chose pour tout le monde. Il se trouve directement à la limite entre Paris Nord et les banlieues, facile d´accès par Metro Ligne 4, en s´arrêtant à la Porte de Clignancourt.



Saint-Ouen est fameux grâce à ses adorables anciens marchés qui se ressemblent à des villages et dont ses arrières plans ont servi à des films comme Midnight in Paris de Woody Allen et Zazie Dans Le Métro de Louis Malle. Mais tout n´est pas ringard et romantique. En effet, les premiers 200 mètres après la sortie de la station de métro, nous avons assisté à une sauvage compétition entre des garçons essayant de vendre des faux parfums et tout type d´articles d´occasion (nous nous sommes presque mis dans un sérieux problème en essayant de les photographier !). Il est préférable d´éviter leurs douteuses offres et d´attendre d´arriver au vrai marché.



Nous avons rapidement atteint des douzaines de stands alignés les uns après les autres qui vendent de tout ; en passant par des masques Africains traditionnels jusqu´à n´importe quel objet, comme par exemple des empaillages hybrides, des gravures sur bois japonaises ou des clés qui n´ont pas de serrures, tout ceci à très bons prix. Les objets étaient parfois merveilleusement disposés par leurs propriétaires, et d´autres fois empilés n´importe comment – il vaut quand même la peine y jeter un œil. Les commerçants étaient aimables et prenaient un grand plaisir à nous raconter des histoires sur les objets qu´ils avaient en exposition. Nous avons acheté pour nous-mêmes des lunettes Pikachu pour €2.50 (le prix initial était de €10).



En marchant un peu plus loin dans la Rue Jean-Henri-Fabre, nous sommes tombés sur différents magasins de baskets, disques et bric-à-brac.



Nous avons rapidement apprécié le spectacle des autres visiteurs du marché, tous habillés avec leurs meilleurs vêtements du dimanche. C´est souvent comme ça lorsque vous visitez, vous rencontrez plusieurs personnages vêtus avec exagération ; un ou deux typique chineurs français touchant des objets du bout de leurs doigts en les examinant avec réticence ; et quelques enfants d´environ 5 ans d´âge se comportant avec confidence et faisant preuve de quelques sérieuses qualités de négociateurs.







A ce point, nous avons commencé à avoir faim et nous sommes tombés sous la tentation des délicieuses crêpes bretonnes de Yann qui se trouve juste au coin de Jules Vallès et Jean-Henri-Fabre. Le choix du Chef – un assortiment de pommes de terre, oignons, Tabasco et fromage – c´était divin.





Une fois partis de cette zone bondée, tout d´un coup le bruit a diminué et nous avons trouvé un étalage de magasins beaucoup plus relaxant. Nous avons découvert de la bonne musique à Copa Music (54 bis rue Jules Vallès) et à côté Beatsqueeze Records. Ensuite nous avons trouvé un magasin de décoration à très bons prix qui s´appelle Vintagez-Vous, et qui vend des meubles des années 50 jusqu´aux 70, lampes et objets, et juste après une jolie boutique de vêtements vintage avec des articles à bon prix et drôles qui s´appelle Antilopes.





Nous avons passé du temps à regarder des vieux posters, des livres d´occasion, des pins et des badges au marché Dauphine, qui est couvert par un plafond de verre. Au centre il y avait une immense soucoupe orange qui semblait avoir atterri là arrivant du cosmos. Malheureusement, nous n´avons pas pu aller dedans mais nous avons appris que c´était une maison construite en plastique qui s´appelle Futuro, et qui a été conçue par l´architecte Finnois Matti Suuronen dans les années 1960.







Un peu plus loin nous avons trouvé le marché Serpette – un marché fermé avec une atmosphère complétement différente. Nous avions l´impression de marcher dans une grande maison avec des plafonds bas et des interminables corridors, chaque chambre avait un style différent. Quelques-unes ressemblaient à une chambre à coucher d´un collectionneur compulsif abritant des milliers d´objets différents, tandis que d´autres ressemblaient à la résidence d´un minimaliste méthodique avec un goût coûteux.



Nous avons décidé de finir notre tour en explorant un des plus centraux et fameux marchés à Saint-Ouen, le marché Paul Bert. Chaque stand, vraiment unique, rassemble quelques objets exceptionnels, presque des antiquités et des articles de designer, tous mis à disposition avec précaution. Il y avait là tellement de magnifiques stands, que nous avons décidé de porter notre attention pour vous sur seulement quelques-uns :

Bénard Compagnie (Allée 2 Numéro 22) & Augustin Deleuze (Allée 2 numéro 107)

Ces deux stands se trouvent en face l´un de l´autre, ils sont unis par le plus mignon partenariat entre Pierre Bénard de 69 ans et le beaucoup plus jeune Augustin Deleuze. M.Bénard, à part d´être l´homme le plus gentil de tout Saint-Ouen, vends des antiquités depuis vingt ans après avoir quitté une carrière en publicité. Il possède un mélange admirable de styles et d´âges dans son magasin, on peut trouver une armoire en bois datant du 19ème siècle ainsi qu´un canapé danois datant de 1940. Sur le stand d´Augustin, nous avons trouvé un vestige cassé en terre cuite datant du 18ème siècle, et un buste d´Apollo en fonte. Bien que le stand appartienne entièrement au jeune, son père se trouvait là avec lui, et les deux constituent un impressif duo.






UnDeuxTroisAntics (Stand 123 marché Paul Bert)

Un autre des duo père et fils que nous avons rencontré, est celui de François Flamand et son fils Henri, qui étaient en train de se relaxer dans des fauteuils de luxe et qui discutaient tranquillement lorsque nous sommes arrivés. Bien que le stand soit la propriété de François, Henri partage la passion de son père pour les antiquités. Nous avons particulièrement été impressionnés par un costume de samouraï qui se trouvait au milieu d´autres lampes et de statues.



Remix Gallery (110 rue des Rosiers)

Ce stand nous a particulièrement attiré l´attention à cause de ses brillants murs, couleur d´or (lesquels sont en vérité couverts par des couvertures de survie), qui vont bien avec les objets de néon qui y sont disposés. Nous avons parlé longuement avec les propriétaires, Valérie et Antoine, respectivement une artiste et un professeur d´histoire, sur l´art d´être un chineur. Apparemment c´est une passion qui se transmet habituellement entre les générations d´une famille, et qui demande les virtus de la minutie, de la connaissance, et de l´instinct.




Il est difficile de citer tous les noms des stands que nous avons aimés durant notre visite, mais nous avons apprécié la collection de globes de Nathalie Blancard (16 rue Paul Bert) ; les lumières parfaitement organisées de Didier jean Anicet (A1043) ; et le stand de Viviane Hadida, qui est spécialisé en coquillages de luxe (allée 2 stand 113). Nous avons aussi été enchanté d´admirer quelques-unes des magnifiques créations de Memphis and Ettore Sottsass à la Galerie Wauthier (Allée 6, Stand 226).





Ce qui semble émaner, peu importe le style ou l´histoire du négociant, c´est l´amour qu´ils portent aux objets qu´ils exposent. Lorsque vous marchez dans les alentours de Saint-Ouen, vous ne pouvez pas vous retenir d´imaginer quelles sont les histoires, parfois complexes, derrière chacun de ces objets. Chaque objet ayant une fois été conçu de, dessiné, crée, acheté, offert, utilisé, aimé, détesté, exposé, caché, cassé dans un éclat de colère, réparé, abandonné, et peut-être trouvé par un petit-fils dans le garage d´une maison de vacances des années plus tard.

Le marché aux puces de Saint-Ouen Clignancourt est ouvert le samedi de 09.00 à 18.00 ; le dimanche de 10.00 à 18.00 ; et le lundi de 10.00 à 17.00. Il se trouve à trente minutes de Generator Paris. Prenez le métro No2 à Colonel Fabien, changez à Barbès – Rochechouart et prenez le métro No4 jusqu´à la Porte de Clignancourt.

Photographie: Alice Kunisue